共産党・志位委員長 仏ル・モンド紙に登場

日本共産党・志位和夫委員長(仏「ル・モンド」)

フランスの名門紙「ル・モンド」(インターネット版、3月6日付)が、「危機を背景に日本共産党が予想外の再生」と題して日本共産党の志位和夫委員長への取材記事を掲載しています。

La renaissance inattendue du PC japonais sur fond de crise – Le Monde.fr

記事では、志位委員長のことを secrétaire général (書記長)と紹介していますが、志位さんの肩書きは「幹部会委員長」(Président du Comité Exécutif)です。フランス共産党の党首が「書記長」なので、それに合わせたのかも知れません。

La renaissance inattendue du PC japonais sur fond de crise

[LE MONDE | 06.03.09 | 14h48 ? Mis à jour le 06.03.09 | 15h23]

TOKYO CORRESPONDANT

Confrontés à des difficultés croissantes, perte d'emploi et écart grandissant entre ceux qui s'en sortent et les autres, des jeunes salariés découvrent un "dinosaure" de la politique nippone : sa plus ancienne formation, le Parti communiste du Japon (PCJ).

Après une chute du nombre des membres, les adhésions sont reparties à la hausse, en 2008, pour dépasser les 400 000. Un quart des 16 000 nouveaux membres du PCJ sont des salariés de moins de 30 ans en situation précaire. Les interventions incisives au Parlement de son secrétaire général, Kazuo Shii, lui valent des dizaines de milliers de visites sur le site Internet du PC et de nouvelles souscriptions à l'organe, Akahata.

Il ne s'agit pas d'un raz-de-marée annonciateur d'une remontée fracassante du PCJ aux prochaines élections législatives (il détient 7 sièges sur 480 à la Chambre basse et 9 sur 242 au Sénat), mais d'une évolution notable de l'image d'un parti qui semblait d'un autre âge. Il n'y a pas que les jeunes précaires dont le PC retient l'attention. Dans un pays où il est encore préférable pour un salarié de cacher son engagement communiste, M. Shii a récemment été reçu par des dirigeants du patronat et a accueilli à son siège, à Tokyo, sur lequel flotte le drapeau rouge, un directeur de Toyota.

"Nous ne sommes pas opposés aux grands groupes industriels, à condition qu'ils assument leurs responsabilités sociales. Les entreprises et les salariés ont une destinée commune, a déclaré M. Shii, le 3 mars, devant la presse étrangère, à Tokyo. Le capitalisme japonais n'a pas de règles et la plus cruelle expression de cette carence est la détérioration de la situation des salariés en situation précaire." A la suite de réformes néolibérales, 34 % de la population active travaillent aujourd'hui en contrat à durée déterminée, a précisé M. Shii. Adoptant le langage modéré d'un social-démocrate bon teint, il n'a mentionné Karl Marx qu'une fois… pour exprimer "son profond respect des Etats-Unis", tout en prônant l'indépendance stratégique du Japon et la transformation du traité de sécurité américano-nippon en pacte d'amitié.

Le succès d'un classique de la littérature prolétarienne des années 1920, Le Bateau-Usine de crabes, de Kobayashi, et celui de la version romancée du Capital, de Marx en manga, sont par ailleurs révélateurs d'une quête de sens de leur situation de la part de jeunes qui n'ont aucune expérience des luttes sociales. Leur participation à de petites manifestions organisées par le PC — rarement rapportées par la grande presse — illustrent le malaise social.

En dépit de sa "perestroïka" à la fin des années 1990, le PCJ, premier parti en nombre d'élus locaux, n'a jamais réussi à s'imposer au niveau national. S'il a connu une avancée en 1998 avec une plateforme politique modérée — il a supprimé la "révolution socialiste" de ses objectifs –, le parti a chuté aux élections suivantes avec un taux de soutien de 3 %.

Fondé en 1922 et immédiatement interdit, le PCJ représenta une force politique au début de l'occupation américaine. Puis, sur l'injonction de Moscou et de Pékin, il se lança dans l'action violente et fut laminé pour renaître dans les années 1950. "Eurocommuniste" avant la lettre, ayant rompu avec les PC soviétique et chinois dans les années 1960, il s'était retrouvé dans la décennie suivante sur la ligne indépendante de l' "avant-garde" communiste européenne (italienne et espagnole).

Sans avoir changé son nom (qui équivaudrait à "renier le passé", notamment de résistance au militarisme), le PCJ défend aujourd'hui les "réformes démocratiques" et le "progrès social" afin, comme le dit M. Shii, de "dépasser le capitalisme comme le socialisme".

フランス語はさっぱりなので、ふたたびGoogle翻訳で英語に。なんかいろいろとヘンなところもあるようですが、あくまで大意がとれればという意味で。

The unexpected revival of Japanese PC on a crisis

[LE MONDE | 06.03.09 | 14h48 . Modified 06.03.09 | 15h23]

TOKYO CORRESPONDING

Faced with growing difficulties, job loss and growing gap between those who are and other young employees discovered a "dinosaur" of Japanese politics: the oldest, the Japan Communist Party (JCP) .

After a fall in the number of members, membership is increasing again in 2008 to over 400,000. A quarter of the 16,000 new members of the JCP are employees under the age of 30 in a precarious situation. Interventions incisors to Parliament Secretary General Kazuo Shii, earned him tens of thousands of hits on the website of the PC and new subscriptions to the organ, Akahata.

It is not a tidal wave of rising preacher breaking of the JCP in the next election (it has 7 seats out of 480 in the lower house and 9 out of 242 in the Senate), but an evolution in the image of a party that seemed another age. It's not just young people whose precarious PC draws attention. In a country where it is still preferable to an employee to conceal his commitment, Mr. Shii was recently received by leaders of business and received at its headquarters in Tokyo, where the red flag fleet, a director of Toyota .

"We are not opposed to large industrial groups, provided they fulfill their social responsibilities. Companies and employees have a common destiny," said Shii, March 3, before the foreign press in Tokyo. "Japanese capitalism has no rules and most cruel expression of this failure is the deterioration of the situation of workers in precarious situation." In the wake of neoliberal reforms, 34% of the working population now work in contract fixed, Shii said. Adopting the language of a moderate social democrat good complexion, it did not mention Karl Marx once … to express his "profound respect for the U.S.," while advocating the independence of Japan and strategic transformation security treaty with Japan-US pact of friendship.

The success of a classic of proletarian literature of the 1920s, The Factory Ship of crabs, Kobayashi, and the romanticized version of Capital, Marx manga, are also indicative of a quest for meaning in their situation of youth who have no experience of social struggles. Their participation in small events organized by the PC — rarely reported in the mainstream press – illustrate the social malaise.

Despite his "perestroika" in the late 1990s, the JCP, the first party in number of local politicians, has never succeeded in establishing at the national level. If he had a breakthrough in 1998 with a moderate political platform – he has removed the "socialist revolution" of its objectives – the party has dropped the next election with a support rate of 3%.

Founded in 1922 and immediately banned the JCP represented a political force at the beginning of the American occupation. Then, on the order of Moscow and Beijing, he began the violent action and was rolled to be born in the 1950s. "Eurocommunism" avant la lettre, who broke with the Soviet and Chinese PC in the 1960s, he had found in the following decade on the line independent of the "vanguard" communist European (Italian and Spanish).

Without having changed its name (which would "deny the past", including resistance to militarism), the JCP stands today "democratic reforms" and "social order", as Mr. Shii, of "capitalism than socialism."

Similar Articles:

  1. PAGES D'ECRITURE - trackback on 2009/05/26 at 01:22:49

Leave a Comment

NOTE - You can use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <img localsrc="" alt="">

Trackbacks and Pingbacks: